Mousses ou caoutchouc ?

tiré d’Auto RCM N°158 de Novembre 1994

Thierry C.

Réponse à monsieur Denis Sallé au sujet de son article sur un pilote dans une auto 1/4.

En effet, pourquoi pas ? Mais si vous voulez parler de réalisme, il ne faut pas commencer par là, mais plutôt par les pneus. Différents manufacturiers nous ont concocté de magnifiques pneus slick en caoutchouc comme à l’échelle 1. Puis cela devait arriver, des petits malins prêts à tout pour gagner quelques dizièmes de secondes, voire même une à deux secondes, je vous l’accorde, ont chaussé leurs autos de vulgaires pneus mousse. Certes plus efficaces mais à quel prix et quelle usure. Pourquoi jamais d’articles ne sont parus sur ce sujet car si l’on discute avec les pilotes, peu sont pour ce type de pneus. Contrairement à ce que j’ai pu entendre, on ne nous a pas demandé notre avis, du moins juste à un petit nombre. Je pense que les courses 1/4 vont rebuter pas mal de monde si on laisse faire ni’mporte quoi, comme pour le karting par exemple où ce sont les préparateurs qui font les règlements. Fric, fric…
Alors vous avez dit réalisme…
Thierry,
Pourquoi ne pas commencer par là ? Tu te doutes qu’il est beaucoup plus facile de disserter sur la beauté d’un pilote et d’agrémenter l’article de jolies photos que de parler du réalisme des pneus. Néanmoins, tu as raison d’attirer notre attention sur ce problème qui est sujet à bien des polémiques. Il est vrai que les mousses ne sont pas réalistes, procurent des problèmes d’usure et de différence de diamètres et représentent un budget conséquent pour l’utilisateur. La Fédération qui avait accepté l’utilisation des pneus mousses en 1/4, sans demander l’avis du modéliste « de base », est en train de faire marche arrière et se propose d’interdire l’utilisation de mousses pour la catégorie F1, ainsi que pour le 1/5ème. Malgré tout, les pneus mousses s’ils coûtent cher, égalisent les chances de chacun. Je m’explique : lorsque seuls les pneus caoutchouc existaient, quelques pilotes arrivaient à se procurer des pneus dits expérimentaux constitués de gomme plus performante que celle du commerce. Ces mêmes pilotes, privilégiés, arrivaient à coller une bonne demi seconde au tour aux autres concurrents et ne luttaient pas à armes égales. A l’heure d’aujourd’hui, les dix premiers des qualifs ne sont séparés que par quelques dixièmes de seconde et il est bien rare, en finale, que le premier arrive à mettre un tour au second. Reprends les compte-rendus de courses d’il y a deux ans et constate la différence. Ceci étant, le prix des pneus mousses dans le commerce est exhorbitant par rapport à ce qu’ils coûtent à fabriquer et le problème est peut-être aussi là. Tout le monde est conscient de l’escalade qui gagne l’échelle 1/4 et si les pneus sont sujets à polémiques, le prix des moteurs et de leur préparation sont eux aussi souvent évoqués. Auto RCM, dont l’intérêt est que le plus grand nombre s’amuse, ne manquera pas de tenir au courant ses lecteurs au sujet des évolutions du règlement 1/4 et nous devrions pouvoir vous en dire bien plus dans le prochain numéro…

« marrant » de ressortir cette discussion 16 ans après… les compétitions officielles ne sont plus là mais je crois que la passion est restée.

autres articles à lire