Peugeot 309

Peugeot 309 Yankee au 1:4

ven 14 nov 2008, 13:42

 

L’impact de l’impax… Vous avez dit châssis ?

[singlepic id=83 w=640 h=480 float=]

Remontons dans le temps d’une vingtaine d’années environ,

juste après les années Cross-Control, époque lors de laquelle notre constructeur préféré, basé à Talant, et qui n’en manquait pas d’ailleurs, s’était lancé le défi de développer des modèles en adoptant une solution technologique unique et novatrice : La coque autoporteuse en Impax.

Je ne m’étendrai pas outre mesure sur le matériau qu’est l’impax, je laisse ce soin aux membres du forum plus pointus que moi en la matière. Je dirai simplement que ce matériau synthétique se présente sous forme de plaques et qu’il se thermoforme à la manière du lexan.

Se sont donc 6 modèles de la gamme Yankee qui furent équipés de châssis impax :

Le VW Baja dans un premier temps, mais qui resta sous cette un forme un modèle relativement confidentiel.
La légendaire R 21 2l turbo, qui donna ses lettres de noblesse à ce châssis et à l’échelle ¼ de marque Yankee.
Vinrent ensuite la 309 GTI, sur la même base mécanique que la R 21, le Cross-Control 2 et l’intemporelle Porsche 930 turbo dernier modèle de la marque équipé de ce type de châssis.

Á l’exception du Baja qui ne disposait que du kt12 kawasaki et du Cross-Control 2 qui lui n’était livré qu’avec le M15, les trois modèles de piste étaient livrés indifféremment avec l’un ou l’autre des 2 moteurs. C’est également sur un châssis impax que le B30 effectua ses premiers tours de circuit…

En tant qu’utilisateur, quels étaient donc les avantages et les inconvénients que nous pouvions trouver à ce type de châssis ?

Avantages :

– Esthétique et réalisme : Une coque autoporteuse thermoformée rigidifiée par un arceau cage à l’image des modèles échelle 1, que pouvait-on rêver de mieux ?
– Protection inégalable et inégalée des organes mécaniques et électroniques.
– Légèreté et facilité de mise en œuvre.

Inconvénient(s) :

– La fragilité
Aux chocs, évidement, mais finalement quel châssis ne l’est pas, toute proportion gardée bien entendu.
Ils souffraient d’une certaine sensibilité aux hydrocarbures, le carburant ayant tendance, à long terme, à faire se fissurer la matière.
Les châssis impax en utilisation intensive, ne vieillissaient donc pas très bien, aussi était-il nécessaire d’y apporter quelques renforts en sous face de châssis sous les trains avant et arrière et de se confectionner un par-choc en nylon afin de préserver le nez lors de rencontres inopportunes…

Particulièrement novateur et encore à ce jour unique en son genre en grosse échelle, le principe des coques autoporteuses impax disparut des catalogues en 1992, pour céder la place au Concept 92. Mais ça c’est une autre histoire…

Si je vous parle aujourd’hui des modèles impax, ce n’est pas sans un arrière-pensée.
Nous avons eu la chance, mon fils et moi de retrouver une 309 équipée de ce type de châssis.
Ce n’est pas sans émotion que son ancien propriétaire l’a confiée à mon fils.
Aussi, c’est avec tout le respect du à ce modèle et à son état de conservation, que je vous la présente aujourd’hui :

[nggallery id=7

Laisser un commentaire